Les violences sexuelles

Il y a violence sexuelle lorsqu'un adulte utilise le corps d'un enfant ou d'un adolescent (fille ou garçon) pour son propre plaisir sexuel, qu'il y ait violence ou pas, accord ou pas, plaisir ou pas de la part de l'enfant ou de l'adolescent. Il faut savoir également que les violences sexuelles ne concernent pas seulement les contacts corporels. Contraindre une personne à regarder des images à connotation sexuelle, c'est aussi de la violence sexuelle.

Voici quelques exemples :

  • exposition des organes sexuels de l'adulte à la vue d'un enfant ou d'un adolescent (outrage à la pudeur);
  • violation de l'intimité ou de la nudité d'un enfant ou d'un adolescent par un adulte (voyeurisme);
  • visionnement de films pornographiques en présence d'un enfant ou d'un adolescent;
  • caresses des organes sexuels d'un enfant ou d'un adolescent;
  • tentatives ou actes sexuels complets ou non sur un enfant ou un adolescent;

L'inceste est le mot qui désigne des relations sexuelles interdites par la loi entre membres d'une même famille : entre des frères et sœurs, entre un parent et son enfant, entre un oncle et sa nièce ou son neveu, un grand-père et sa petite-fille, etc

Si le comportement d'une personne de ton entourage te dérange, te choque ou te met mal à l'aise, tu peux en parler. Personne n'a le droit de t'obliger à faire des choses que tu ne souhaites pas. La loi te protège et tu as le droit d'en parler.

Il existe différents types de violences sexuelles : viol, agression sexuelle, attouchements, exhibitions, insultes à caractère sexuel etc.

Crime ou délit, ces infractions de nature sexuelle sont particulièrement graves et traumatisantes pour celui ou celle qui en a été victime.

Il faut pouvoir le dire et faire punir l'agresseur.

Il faut en parler

Tu peux faire appel à un ou plusieurs intervenants. Autour de toi, des adultes sont là. À l'école, tu peux parler à un ou une de tes profs, au CPE de ton école, à l'infirmière, au psychologue. À la maison, tes parents peuvent également t'aider. Ton frère ou ta sœur et bien sûr tes amis, tes amies peuvent t'écouter, mais ils ne peuvent pas remplacer l'aide d'un adulte. À ton boulot, tu peux parler à ton maître ou à ta maîtresse d'apprentissage, à tes proches, à tes collègues. Si tu es victime de violences sexuelles, tu as le droit d'en parler, le coupable, ce n'est pas toi !

 

Que dois-je faire?

Tu peux te rendre directement à la Brigade des Mineurs, tu n'es pas obligé d'être accompagné par un adulte.

Les jeunes majeurs (de 18 à 21 ans) peuvent bénéficier d'une protection particulière appelée contrat jeune majeur en cas de déficience familiale.

Allô Enfance Maltraitée, joignable au 119, est le numéro spécialisé sur les violences exercées par la famille. Cette structure peut t'orienter dans tes démarches, t'accompagner et signaler ce que tu subi aux services sociaux et judiciaires.

Vous devez être connecté pour poster un commentaire